Oui. Le prélèvement d’eau associé à nos activités représente 2 % de notre empreinte hydrique totale. Ce chiffre est réparti presque équitablement entre la consommation directe (principalement pour l’utilisation dans les bâtiments, le refroidissement, l’aménagement paysager et la production d’eau pure pour la production) et la consommation indirecte (liée à la production de l’électricité que nous utilisons dans nos locaux).


En 2020, nous avons consommé au total 2 597 000 mètres cubes d’eau, soit 11 % de moins qu’en 2019. Cette baisse est principalement due à la diminution de l’occupation de nos locaux dans le monde en conséquence à la COVID-19, et à la baisse des volumes de production de certains sites. L’intensité du prélèvement d’eau par million de dollars de revenu net a diminué de 8 % entre 2019 et 2020.


HP a réutilisé 269 000 mètres cubes d’eau1 dans le monde en 2020 pour ses espaces verts, ses équipements de plomberie intérieure et ses procédés, soit l’équivalent de 10 % de sa consommation totale d’eau. Au cours de l’année, l’entreprise a également récupéré et utilisé 1 000 m3 d’eau de pluie pour refroidir les tours.


Nous utilisons l’Aqueduct Water Risk Atlas, de l’Institut des ressources mondiales (World Resources Institute), pour évaluer les risques liés aux sites et identifier les régions soumises à un stress hydrique. Cet outil nous a permis d’évaluer 182 installations HP dans le cadre de nos activités de modélisation des risques pour 2020. Cinquante et un des sites évalués (28 % du total) rentrent dans la catégorie à haut risque en termes de contrainte hydrique. Ces sites ont consommé 295 000 mètres cubes d’eau en 2020, 11 % de notre consommation globale, en baisse de 1 % par rapport à l’année précédente.


Pour en savoir plus sur les initiatives de HP en matière de gestion de l’eau, consultez le chapitre « Opérations » du Rapport Développement durable HP : www.hp.com/go/report..


1 La NEWater (eau usée ultra-purifiée utilisée pour la fabrication, les espaces verts et la plomberie à Singapour) est actuellement notre unique source réutilisée.