HP utilise des substances qui appauvrissent la couche d'ozone (SAO) dans les systèmes de refroidissement et de climatisation. Bien que ces systèmes soient scellés, des fuites survenant pendant le fonctionnement et la maintenance peuvent être à l'origine d'émissions. Nous continuons à remplacer les chlorofluorocarbures (CFC) de nos systèmes en place par des hydrofluorocarbures (HFC). Les HFC sont des gaz à effet de serre, mais ils n'appauvrissent pas la couche d'ozone. Nous remplaçons également les systèmes de refroidissement basés sur des HFC par des équivalents sans HFC lorsqu'ils arrivent en fin de vie opérationnelle. Ces équivalents sans HFC n'appauvrissent pas la couche d'ozone et n'ont que peu ou pas de potentiel de réchauffement planétaire. En 1993, HP a complètement supprimé l'utilisation d'ODS de classe 1 dans toutes les activités de fabrication.


Pour les années 2015 et 2016, nous avons calculé les émissions de substances qui appauvrissent la couche d'ozone en suivant les sites qui ont signalé le remplacement des réfrigérants en raison de fuites, et nous avons appliqué un facteur d'intensité (basé sur ces quantités réelles) pour les sites non déclarés. En 2017, HP a adopté un système qui suit toutes les factures de réfrigérants à l'échelle de l’entreprise, en tenant directement compte des fuites de réfrigérants dans les installations et en éliminant les extrapolations nécessaires.


Pour obtenir un aperçu complet du potentiel déclaré d'appauvrissement de l'ozone de nos émissions estimées, voir la section correspondante de notre site Web sur l’impact durable (www.hp.com/go/sustainability_dataandgoals).